dimanche 10 septembre 2017

Et si la maladie n’était pas un hasard…!


Et si la maladie n’était que la réponse organisée par notre corps pour compenser nos petites et grandes déceptions émotionnelles de la vie ?


 



Et si la maladie n’était pas un hasard…
Comme le suggère de nombreux exemples frappants de maladies développées juste après des traumatismes. 

C’est le cas notamment de cette femme qui s’est vue diagnostiquer un cancer du sein peu de temps après son divorce.
Ou encore, ce journaliste de 28 ans qui meurt d’une crise cardiaque juste après une rupture sentimentale, causant la curiosité de tout le corps médical et semblant illustrer littéralement l’expression "avoir le cœur brisé".
Ou encore le cas du chanteur Ray Charles dont la cécité est survenue quelques mois seulement après avoir assister à la noyade de son petit frère.
Les exemples ne manquent pas. 

Une femme est invitée à quitter son poste du jour au lendemain pour être remplacée par plus jeune qu’elle. En deux jours, elle développe une infection.
Un directeur de banque vit une prise d’otage. Quelques mois plus tard, un virulent cancer se développe. 

Un enseignant vit dans la crainte d’être muté et quelques jours après la nouvelle de la mutation, il fait une hémorragie cérébrale. 
Une fois retraité, un diplomate de carrière entre dans une dépression chronique. 
À force de s’angoisser pour la santé de son mari au chômage, sa femme finit par vivre plusieurs malaises. 
Un attaché commercial se découvre un psoriasis à la suite d’un conflit de territoire avec l’un de ses collègues. 




La Pilule est un Perturbateur Endocrinien !

Dans son essai "J’arrête la pilule", la journaliste Sabrina Debusquat dresse un réquisitoire contre ce symbole de la libération sexuelle !





Voici un autre livre choc qui va traumatiser les lobbyistes de Big Pharma même s’il a été écrit par une femme, puisqu’il concerne la dangerosité de la pilule contraceptive. 
Il s’agit de "J’arrête la pilule" de la journaliste Sabrina Debusquat (sept. 2017).
À la lecture de ce livre et de l’interview ci-dessous, on se rend compte encore une fois que personne ne sait ce qui se passe dans l’organisme en dehors de l’effet contraceptif. 
On ne parle pas ici des graves accidents mortels des pilules comme la Diane 35, il s’agit plutôt de constater les réels effets de ces perturbateurs endocriniens sur le corps de la femme mais également de son bébé lorsqu’elle tombe enceinte. 
Sur le plan médicolégal, il est essentiel d’informer parfaitement les femmes de tous les risques encourus lors de la prise de ces pilules. 
À elles ensuite de faire leur choix en toute connaissance de cause. 
Il est inconcevable de prendre un médicament pendant toute une vie sans savoir exactement ce que l’on risque ! 



Dans son essai "J’arrête la pilule", la journaliste Sabrina Debusquat dresse un réquisitoire contre ce symbole de la libération sexuelle.
Débat avec la gynécologue Nasrine Callet.
1967-2017 : en France, la pilule fêtera ses 50 ans en décembre. Joyeux anniversaire ? Pas vraiment. Le petit cachet que les femmes avalent chaque jour, sûres de s’épargner les grossesses à répétition, fières de ce geste symbole de leur liberté sexuelle, n’a plus l’aura d’antan. Le scandale des pilules de troisième et quatrième génération, en 2012, l’a entachée d’une terrible réputation : mener des femmes jeunes, en pleine santé, au seuil de la mort, par AVC et embolie. Lesdites pilules ont beau avoir été mises au rancart au profit des pilules de seconde génération, le mal est fait. Les prescriptions sont en forte baisse. Selon la dernière enquête de l’Ined sur la contraception (2014), 41% des femmes prenaient la pilule en 2013, contre 50% sept ans plus tôt.
Dans ce contexte de désamour, un essai sorti en librairie jeudi 6 septembre enfonce le clou. Dépression, libido à zéro, cancers, mais aussi pollution chimique qui pourrait nuire aux futurs bébés… N’en jetez plus !
"J’arrête la pilule" (1), de la journaliste indépendante Sabrina Debusquat, est un réquisitoire dérangeant étayé par une année d’enquête, à éplucher des centaines d’études et interviewer de nombreux experts. L’auteure, qui dit redouter un "scandale sanitaire" à venir, est allée à la rencontre, aussi, des jeunes femmes qui s’en détournent, quitte à opter pour des méthodes naturelles modernisées. Ironie de l’histoire, ces aventurières de la courbe de température sur smartphone se veulent les pionnières d’un nouveau féminisme. Désireuses d’enfin partager la "charge mentale contraceptive" avec les hommes.







Parce que prendre la pilule est un rite de passage à l’âge adulte, parce qu’elle reste, pour les soixante-huitardes, une indiscutable évidence, parce qu’elle est toujours, dans les esprits, l’un des emblèmes de la libération sexuelle, parions que ce livre va faire polémique. "L’Obs" a confronté son auteure à Nasrine Callet (2), oncologue-gynécologue à l’Institut Curie, pour savoir si, oui ou non, il faut jeter la pilule. Le débat est lancé.

jeudi 7 septembre 2017

De faibles impulsions électriques améliorent la mémoire !

Des neurologues américains du Medical College of Georgia ont constaté qu'une stimulation électrique de courte durée du cerveau dopait la mémoire !




Une stimulation électrique de courte durée du cerveau dope la mémoire. 
Des neurologues américains expérimentent ce moyen de lutter plus efficacement contre la maladie d'Alzheimer.
Des neurologues américains du Medical College of Georgia ont constaté qu'une stimulation électrique de courte durée du cerveau dopait la mémoire. 

Ce qui ouvre la voie à de nouveaux traitements notamment pour les malades d'Alzheimer.
Les chercheurs sont arrivés à la conclusion qu'en stimulant une zone précise du cerveau par de faibles impulsions électriques, il était possible de relancer l'activité des noyaux basaux du cerveau et la production du neurotransmetteur acétylcholine. 
Selon eux, une telle stimulation pourrait aider non seulement les malades, mais également ceux qui se rétablissent après avoir été victimes d'attaques cérébrales.
Ces études ont permis de mettre au point une méthode expérimentale de traitement qui prévoit des séances de 60 micro-impulsions par secondes pendant 20 secondes suivies de 40 secondes de repos. 


 

 

 


samedi 26 août 2017

Le sélénium, un oligo-élément antioxydant !

Le sélénium, un oligo-élément antioxydant indispensable aux nombreuses propriétés ! 

 

http://www.medaprex.sk/data/fckeditor/images/selenium-set.jpg



Il semble avoir un petit côté tendance : mais au-delà de l’effet de mode, le sélénium est reconnu pour son rôle protecteur contre certains cancers. 
Petit tour d’horizon de cet oligo-élément incontournable !

Le sélénium fait partie des oligo-éléments antioxydants : il intervient dans l’activité des enzymes antioxydants de notre corps. 

Ainsi joue-t-il un rôle de prévention du cancer de la prostate, du cancer colorectal, de la vessie, et du cancer du poumon. De fait, grâce à lui, notre organisme produit un enzyme, le "glutathion-peroxydase", qui protège la membrane de nos cellules contre l’oxydation provoquée par les radicaux libres : en effet, l’excès de radicaux libres entraîne le vieillissement et l’apparition de certains cancers. 



 



Un oligo-élément indispensable aux nombreuses propriétés !


Une action de métabolisme que le sélénium mène de concert avec la vitamine E : et qui est valable pour l’ensemble de notre organisme. 

En outre, le sélénium réduit aussi le risque de maladies cardiovasculaires.
Et il jouerait un rôle dans le ralentissement de l’apparition de la cataracte et le traitement de l’asthme.
Dans quels aliments trouve-t-on du sélénium ?
L’organisme ne le synthétique pas : cet oligo-élément fourni par l’alimentation est présent dans l’écorce terrestre, avec des régions plus ou moins riches. 

Ainsi la Nouvelle-Zélande, la Chine et l’Europe sont-elles pauvres en sélénium, tandis que le Brésil en regorge.
D’où la fameuse noix du Brésil, qui détient le palmarès du fruit antioxydant : elle est à la fois riche en sélénium et en vitamine E. 

Le Graal de l’antioxydant ! 
Ceci reste valable pour une noix du Brésil déshydratée. 



 

Pierrounet, le Rebouteux de l’Aubrac !

Pierrounet, paysan devenu le très renommé Rebouteux de l’Aubrac !


Les rebouteux deviennent de plus en plus rare dans nos campagnes, ainsi ils permettaient de remettre en place des entorses en une seule manipulation, alors que la médecine officielle en est incapable !  Souhaitons que ce savoir soit transmis aux nouvelles générations avant que les porteurs de ce savoir disparaissent !
 

Pierrounet, rebouteux de l’Aubrac

 

Pierre Brioude, plus connu sous le surnom de Pierrounet, découvre très jeune qu’il possède un don : remettre en place les membres démis ou fracturés des animaux dont il a la charge. 
Des bêtes, il passera aux hommes et deviendra le plus célèbre rebouteux du Massif Central…

Né à Nasbinals (Lozère) le 6 décembre 1832 de parents agriculteurs dans la commune de Saint-Laurent-de-Muret, le jeune Pierrounet a sa vie toute tracée : il sera paysan comme ses parents et comme la presque totalité des gens de son village. 

Dès l’âge de dix ans, il intègre l’été la vie des burons, ces solides bâtisses de granit couvertes de lauzes et perdues au milieu des immensités de son Aubrac natal. 
On y surveille les troupeaux, on y aide les vêlages, et surtout l’on y fabrique le fromage avec le lait trait dans les pâturages d’estive et ramené au buron dans de lourdes gerles en bois. Pierrounet y gagne ses galons de paysan, passant au fil des ans de l’état de roul, chargé des tâches subalternes, à celui de cantalès, le plus noble, à la fois patron du buron et maître-fromager. 
Entretemps, l’adolescent est successivement devenu bédelier, autrement dit chargé des veaux, puis pastre, soit gardien du troupeau et responsable de l’élaboration de la tomme. 
C’est là, dans ces rudes tâches de buronnier, qu’il découvre très vite le don qui va lui assurer une incroyable notoriété. 
Ce sont tout d’abord les veaux blessés qui requièrent son attention. 
Intuitivement, le garçon visualise l’anatomie des animaux et comprend de quelle manière ils peuvent être remis sur pattes, échappant ainsi à un abattage inévitable. 
Et cela fonctionne : les manipulations de Pierrounet font merveille, et l’adolescent, placé à 17 ans dans une ferme de Saint-Laurent, élargit le champ de ses interventions aux poulains, aux vaches et aux bœufs des exploitations voisines.




 

vendredi 11 août 2017

Elle a banni le sucre pendant un an !

Elle a banni le sucre pendant un an !




Six kilos de moins sur la balance, réduction de la cellulite, sinusites moins fréquentes... 
Danièle Gerkens, journaliste santé au magazine "ELLE", a décidé de se priver de sucre pendant une année. 
Elle en dévoile les bénéfices dans un livre.


https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/512Xvz26IUL._SX353_BO1,204,203,200_.jpg


https://www.youtube.com/watch?v=yN5ZVtQntw4


Source : http://alalumieredunouveaumonde.blogspot.fr/2017/08/elle-banni-le-sucre-pendant-un-an.html

dimanche 6 août 2017

Morte après le Vaccin Gardasil !

Une infirmière de Californie administre le vaccin Gardasil à sa propre fille. Celle-ci développe une leucémie et décède !



Ndlr : Les vaccins Gardasil et Cervarix provoquent une véritable hétacombe chez les jeunes filles avec près de 9 % d'effets secondaires graves selon un document de l'Assurance Maladie Belge ( http://initiativecitoyenne.be/2016/12/vaccin-anti-hpv-une-enquete-accablante-pour-l-agence-europeenne-des-medicaments.html ) ce qui confirmerait les chiffres établis par des associations de plus de 1000 mortes et plus de 50.000 handicapées dans le monde suite à ces vaccins, sachant que de nombreux cas ne sont pas répertoriés car le lien n'est pas établi, que les familles ne savent pas à qui en parler ou que les autorités nient tout rapport avec les vaccinations ! 
Le pire est qu'il n'y a aucune étude qui démontre une efficacité de ce vaccin contre le cancer qu'il est sensé protéger (comme tous les derniers vaccins). 




Avant et après le vaccin Gardasil


Health Impact News, 13 juillet 2017

L’équipe VAXXED a interviewé une maman de Long Beach en Californie. 

Cette dernière est infirmière ; elle était favorable aux vaccins. 
Elle explique que tous ses enfants avaient reçu tous les vaccins prévus par le programme officiel avant qu’elle administre le Gardasil à sa propre fille de 16 ans.
En tant qu’infirmière, son travail consistait à administrer régulièrement des vaccins qu’elle n’a jamais remis en question. 

Elle déclare qu’elle n’a jamais été informée de leurs effets secondaires.
Quand elle a appris que le Gardasil était un vaccin destiné à prévenir le cancer, et que sa fille devait le recevoir avant qu’elle ne devienne sexuellement active, elle n’a pas hésité à faire venir sa fille dans le bureau où elle travaillait et lui a administré la première dose du vaccin.





lundi 17 juillet 2017

La Chimiothérapie favorise le Cancer !


Bombe médicale : La chimiothérapie disséminerait le cancer dans tout le corps !


 



 

Une nouvelle étude effectuée à la faculté de médecine Albert Einstein de l’université Yeshiva, révèle qu’en augmentant fortement la circulation de cellules cancéreuses, la chimiothérapie propage le cancer partout dans l’organisme (même dans les poumons).
Dirigée par le Dr George Karagiannis, cette étude porte sur le traitement chimiothérapique du cancer du sein, mais d’autres études sont prévues pour voir si la chimiothérapie [en général] propage aussi le cancer dans les autres tissus. Publiée dans Science Translational Medicine, cette recherche est intitulée Neoadjuvant chemotherapy induces breast cancer metastasis through a TMEM-mediated mechanism [La chimiothérapie néoadjuvante induit la propagation du cancer du sein en disséminant des métastases du micro-environnement tumoral].

Le résumé de l’étude dit que "les auteurs ont constaté que plusieurs types de chimiothérapie ont la capacité d’augmenter les quantités de métastases du micro-environnement tumoral (TMEM) et de cellules tumorales dans la circulation sanguine."

Il conclut que "la chimiothérapie, bien qu’elle diminue la taille de la tumeur, augmente le risque de dissémination des métastases." [NdT : La tumeur se ratatine parce qu’elle se scinde en métastases ?]


http://erixbd.e.r.pic.centerblog.net/5374ec6c.gif



samedi 8 juillet 2017

Bien Dormir pour Bien Vieillir !


Les enfants qui dorment moins vieillissent plus rapidement au niveau cellulaire !

 





Les enfants qui dorment moins que les neuf à onze heures par nuit recommandées montrent des signes de vieillissement plus rapides au niveau cellulaire selon de nouvelles recherches. 

Les résultats de cette étude ont été publiés dans The Journal of Pediatrics.
Les télomères sont ces bouchons de protection situés aux extrémités des chromosomes et sont essentiels à la stabilité de notre matériel génétique, de nos cellules et de notre corps. 

Cependant, ceux-ci raccourcissent au fil des divisions cellulaires et au fur et à mesure du vieillissement. 
Certaines études chez les adultes ont suggéré que le sommeil pourrait être lié à la longueur des télomères. 

 

http://www.agata.asso.fr/userfiles/images/Addiction_%C3%A9crans_AGATA.jpg

 


Pour savoir si c’est aussi le cas chez les enfants, Sarah James et Daniel Notterman, de l’Université de Princeton, ont examiné les télomères de 1 567 enfants tous âgés de 9 ans. 
Ils ont alors constaté que ceux-ci étaient en moyenne 1,5 % plus courts pour chaque heure de sommeil en moins.

"Cette constatation est cohérente avec une littérature plus large indiquant que la durée de sommeil sous-optimale est un risque d’augmentation du stress physiologique et de troubles de la santé", écrivent les chercheurs
Aucune différence dans la longueur des télomères n’a par ailleurs été décelée en fonction de la race, du sexe ou du statut socio-économique des enfants.



http://www.cycloastragenol.fr/wp-content/uploads/2014/01/cycloastragenol-telomeres.jpg



mercredi 5 juillet 2017

Qu'est-ce que la Santé Intégrative ?

La Santé Intégrative : une urgence de santé publique sous peine de faire perdre de lourdes chances aux patients !

https://static.wixstatic.com/media/1cf867_c0d99a62fcc4472fb25a3dce697d7686~mv2.jpg_256



Qu'est-ce que la Santé Intégrative ? 

C'est d'abord et avant tout la pleine compréhension que la santé est un équilibre infiniment plus complexe que la simple "gestion"/masquage de symptômes, comme le montrent les terribles limitations et insuffisances de la médecine officielle. Mais la santé intégrative n'est pas un "programme par défaut", c'est un programme positif, constructif de complémentarité des techniques, approches et conceptions au profit du patient, de son autonomie et donc de sa totale bonne santé. 
Si un patient a une appendicite ou qu'il se casse une jambe, il n'est pas question de dire que la médecine officielle est nulle ou inadaptée. 
Simplement, force est de constater à quel point cette même médecine officielle est pauvre et démunie lorsqu'il s'agit de maladies graves et chroniques, que ce soient les cancers, les maladies auto-immunes, neurodégénératives, etc... 

 

http://therapies-complementaires.com/wp-content/uploads/2013/04/SI-1.png

 


Or dans les faits, des centaines de milliers de personnes continuent de croire, à leur détriment et par défaut d'information, qu'elles n'ont comme seul recours que la seule médecine académique qui les bourre de médicaments aux lourds effets secondaires susceptibles hélas souvent de les tuer ou de les estropier encore plus or qui en profite alors vraiment ? 
Les industriels qui boostent leurs ventes de médicaments. 
Quant aux thérapeutes, ils doivent hélas manquer cruellement d'ambition et de curiosité intellectuelle pour se satisfaire ainsi de telles journées de travail de "gestion" des cas. 

 

https://static.wixstatic.com/media/51baf4_97d8acb4011f4671afb8fb186826e0b3.jpg_256

 


Quelle tristesse de voir que par ignorance des uns et par arrogance/paternalisme des autres, patients et soignants se privent ainsi de chances de succès et d'améliorations parfois spectaculaires, qu'ils pourraient main dans la main éviter des traitements lourds, chers et moins efficaces ! 
Il est dès lors devenu plus qu'urgent de s'informer à temps, bien avant d'être malades, sur l'existence de vastes pans de la médecine avec un grand M, mais malheureusement ignorés par trop de thérapeutes. 
Ne pas savoir aujourd'hui tout cela vous fera statistiquement perdre des chances de santé et de qualité de vie si vous souffrez demain de ces maladies et même aussi, des chances en termes de prévention. 


http://therapies-complementaires.com/wp-content/uploads/2013/05/Image-21.png



jeudi 22 juin 2017

Docteur Tal Schaller : La médecine holistique !

La médecine holistique : interview avec le Docteur Christian Tal Schaller !

 

 https://i.ytimg.com/vi/YNJ5RIFhnf8/maxresdefault.jpg

 
Vous voulez en savoir plus sur la médecine holistique ou tout simplement la découvrir ?
Cet interview exceptionnel avec Christian Tal Schaller vous donnera de nombreuses précisions passionnantes sur le sujet.
La santé globale comprend une approche holistique de chaque individu, c'est-à-dire son corps, ses émotions, son mental et son âme. 




https://2.bp.blogspot.com/-GaM9pCYCN94/UbHDeiuD4-I/AAAAAAAAHTo/uxmwaTxstFQ/s640/sante_globale.png


• Le corps physique : exercice régulier, repos, massages, alimentation végétale, vivante et variée. Super aliments comme les graines germées, les algues, le pollen, etc. Jeûne, lavements intestinaux, techniques de santé et médecines douces.

• Le corps émotionnel : prendre des "moments d'enfance" pour défouler ses émotions par des gestes naturels, des cris, pleurs, rires, danses et chants, hors de la vue des adultes, comme le font si bien les petits-enfants !

• Le corps mental : pensée positive, visualisation créatrice, voyages intérieurs, psychothérapies qui permettent une guérison des traumatismes psychiques du passé, avec l'idée "qu'il n'est jamais trop tard pour avoir une enfance heureuse !"

• Le corps spirituel : yoga, méditation, prière et techniques pour se relier à la joie et à la sagesse des mondes de lumière, écoute de la voix intérieure (intuition). Elle nous relie à ce corps qui ne quitte jamais la lumière divine et nous guide constamment vers le bonheur et la plénitude. 



https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/originals/6a/ba/9b/6aba9b5b80cd8a2ca1c0dc1874ff6df2.jpg



mercredi 21 juin 2017

Michel Georget : Les vaccins sont-ils dangereux ?

Michel Georget, spécialiste des dangers liés à la vaccination nous explique comment sont testés les vaccins mis sur le marché !


 


Les adjuvants vaccinaux (mercure, aluminium, ...) causent de nombreux problèmes neuro-dégénératifs (maladie d'Alzheimer, maladie de Parkinson,...) !

 

 https://www.youtube.com/watch?v=wW0VpbU1ZHk


Il y dénonce la vaccination pratiquée à outrance contre des maladies bénignes : la rougeole par exemple. 

Saviez-vous que la vaccination contre la rougeole n'a jamais permis l'éradication de la maladie, puisqu'elle avait déjà disparu bien avant la mise en place de la campagne de masse ? 
Saviez-vous que les Pays-Bas ont toujours refusé la vaccination BCG, et que l'épidémie de tuberculose y a diminué bien plus rapidement qu'en France, même en prenant en compte la différence du nombre d'habitants ?
Mais en plus de cela, la vaccination peut se révéler dangereuse. 

Déjà, parce que loin d'empêcher le vacciné de contracter la maladie, elle augmente ses chances de la contracter effectivement. 
Prenons actuellement une recrudescence de la rougeole chez les adultes particulièrement virulente ; c'est un effet secondaire du vaccin, qui n'a pas permis à une immunité naturelle de se former.
En Finlande, la poliomyélite n'existait plus depuis 20 ans, la vaccination généralisée a fait réintroduire 10 cas dans les années 1980, bien plus agressifs que la maladie normale. 

Là-bas, les autorités sanitaires moins soumises aux laboratoires ont fait retirer la vaccination anti-poliomyélite.


jeudi 25 mai 2017

Alerte sur l’Aluminium des Vaccins !


Un grand scientifique alerte sur l’aluminium des vaccins !




"On ne peut pas continuer à ignorer les effets de l’aluminium dans les vaccins !"
Ce cri d’alarme n’est pas lancé par un farfelu ou un paranoïaque, mais par le chef de service du Centre expert en pathologie neuromusculaire de l’hôpital Henri Mondor, à Creiteil ! 


https://www.youtube.com/watch?v=02ygkZqPXi4


Le professeur Romain Gherardi est loin d’être un franc-tireur, un "anti-système" prêt à colporter des fake news, pour reprendre des termes à la mode.
C’est un spécialiste de pointe, reconnu par ses pairs, et qui a publié des centaines d’articles dans des revues scientifiques comme The Lancet et Brain. 


Le règne de l’omerta !

Dans un entretien exclusif accordé à Alternatif Bien-Être, il dit tout sur l’omerta des autorités sanitaires françaises concernant la sécurité vaccinale.
Les preuves des effets délétères à long terme des adjuvants dans les vaccins s’accumulent.
Fait étrange, les études explorant le lien de cause à effet entre les adjuvants et plusieurs maladies peinent de plus en plus, elles, à trouver des financements…
On ne parle plus, chères et chers lecteurs, de doutes ou de soupçons concernant ces adjuvants dans les vaccins, on parle de faits avérés, et notamment de l’explosion des cas de myofasciite à macrophages (MFM), une maladie neuromusculaire grave.
Nous consacrons cinq pages à ce problème de santé publique, et de société. 

Cinq pages au bout desquelles, croyez-moi, vous ne regarderez plus du même œil les communiqués des défenseurs de la politique vaccinale. 


https://www.youtube.com/watch?v=EB945DZqxz4


Source : sante-nature-innovation.fr

mercredi 24 mai 2017

Le manque de sommeil peut doubler le risque de mortalité !

Un manque de sommeil peut doubler le danger de décéder d’un infarctus ou d’un accident vasculaire cérébral chez des personnes ayant de l’obésité, l’hypertension, un taux de cholestérol excessif ou le diabète !

 



 

Un manque de sommeil peut doubler le danger de décéder d’un infarctus ou d’un accident vasculaire cérébral chez des personnes ayant plusieurs facteurs de risque cardio-vasculaires comme l’obésité, l’hypertension, un taux de cholestérol excessif ou le diabète, selon une étude publiée mercredi.
Les chercheurs ont sélectionné au hasard 1344 adultes d’un âge moyen de 49 ans, dont 42% d’hommes qui ont accepté de passer une nuit à dormir dans un laboratoire.
Selon les tests et examens effectués, plus de 39% des participants avaient au moins trois de ces facteurs de risques qui, ensemble, constituent le syndrome métabolique, précisent les auteurs dont l’étude paraît dans la revue de l’American Heart Association.
Pendant une période de suivi de plus de 16 années en moyenne, 22% sont décédés. 



http://www.jobboom.com/carriere/wp-content/uploads/2014/09/homme-endormi.jpg



Les personnes souffrant du syndrome métabolique qui avaient dormi moins de six heures dans le laboratoire avaient 2,1 fois plus de chances de mourir d’une crise cardiaque ou d’une attaque cérébrale pendant ces 16 années, comparativement à ceux ne présentant pas ces facteurs de risque cardio-vasculaires.
Ces mêmes personnes avaient également un risque 1,99 fois plus élevé de décéder de toutes causes par rapport à celles ne souffrant pas du syndrome métabolique.
Ceux des participants avec ce syndrome dormant plus de six heures avaient encore 1,49 fois plus de risque de mourir que les sujets en meilleure santé.
Les autorités médicales recommandent aux adultes de dormir de sept à huit heures par nuit. 



http://cdn.astucesnaturelles.net/composants/uploads/2016/03/voici-une-liste-de-maladies-causees-par-le-manque-de-sommeil.jpg



lundi 22 mai 2017

Témoignage : Comment j’ai guéri ma sclérose en plaques !

Comment la médecine par les plantes et une alimentation corrigée ont pu inverser les symptômes de ma sclérose en plaques ! 

 

http://img.over-blog-kiwi.com/1/47/73/60/20160406/ob_82b1d3_jennifer-macniven.jpg

Par Nissa Lee, 30 mars 2016



Avertissement : Pour soigner une "Mal-a-dit", il faut aussi prendre en compte les facteurs psychologiques qui peuvent jouer un grand rôle dans le déclenchement des "Mal-à-dit" ! L'alimentation peut être une aide, mais il faut voir aussi tous les autres facteurs, comme les facteurs émotionnels qui sont très importants dans le déclenchement des "Mal-a-dit" (Voir "le Grand Dictionnaire des malaises et maladies" de Jacques Martel par exemple)   

L’année dernière, j’avais entrepris de voyager dans toute l’Australie. 
Mais à un moment donné, j’ai dû rentrer à la maison parce que je ne me sentais pas bien. 
C’était bizarre, j’avais le cerveau embrouillé, des vertiges. 
Je ne pouvais plus marcher droit et ma vision était trouble. 
La moitié de mon visage était déformé, et je craignais d’avoir été victime d’un AVC. 
Je suis allée consulter un médecin qui m’a immédiatement envoyé aux services d’urgence. 
Quelques jours plus tard, alors que j’avais 24 ans, je reçus le diagnostic de "sclérose en plaques récurrente/rémittente".
Je me suis battue avec cette maladie pendant des années. Je me suis souvent retrouvée à l’hôpital, prenant des médicaments pour arrêter les poussées de sclérose en plaques. 
Un jour quelque chose a changé en moi. J’ai décidé qu’ à aucun prix je ne voulais passer le restant de mes jours dans un fauteuil roulant. 
Je voulais être bien, je voulais vivre pleinement et en bonne santé.


Comment j'ai guéri de ma sclérose en plaques par les plantes et par l'alimentation



J’ai effectué des recherches sur internet et ai trouvé des douzaines d’exemples de personnes atteintes de sclérose en plaques, dont des professionnels de santé, qui avaient suivi une approche nutritionnelle sans médicaments.
J’avais été malade depuis si longtemps, et les médicaments n’avaient pas pu m’aider. 
C’est alors que j’ai décidé d’essayer l’alimentation Wahls’ Paleo préconisée par le Dr Thierry Wahls qui se porte à merveille après avoir souffert d’une sclérose en plaques progressive.
Le protocole Wahls est un régime alimentaire qui fait appel à de nombreuses plantes et baies riches en nutriments, ainsi qu’à un peu de viande provenant d’animaux nourris à l’herbe. 
Ce régime Paleo est naturellement anti-inflammatoire, !l assure la protection du cerveau et est très riche en antioxydants.
Pour en savoir plus, je me suis lancée dans l’étude de la naturopathie. J’avais toujours été fascinée par le pouvoir des plantes, j’aimais beaucoup la phytothérapie et tout ce qu’une alimentation équilibrée pouvait apporter. 
C’est à partir du moment où j’ai commencé à prendre des plantes médicinales que j’ai commencé à me sentir mieux !
Il y a maintenant cinq ans que je ne prends plus de médicaments et que je n’ai plus aucun symptôme. 
 J’ai enfin retrouvé ma vraie vie. 
Je sais de nouveau courir, danser, travailler. 
J’ai beaucoup d’énergie et je me sens vraiment en bonne santé.


samedi 20 mai 2017

Dr. Pierre-Jean Thomas-Lamotte : L’interprétation des maladies !


Le Dr Thomas-Lamotte nous prouve que notre inconscient régule aussi nos maladies, blessures et accidents !



http://stopmensonges.com/wp-content/uploads/2017/04/maxresdefault-6.jpg



 

Après son ouvrage majeur "Et si la maladie n'était pas un hasard" sorti en 2008, le Dr Thomas-Lamotte publie enfin la suite de ses travaux résultant de ses 40 années d'expérience en tant que médecin des hôpitaux et neurologue. 
Ce que Sigmund Freud a montré (l'inconscient agissant à travers nos paroles, actes et rêves) le Dr Thomas-Lamotte nous prouve que notre inconscient régule aussi nos maladies, blessures et accidents selon des schémas dont il expose les logiques, et cela afin de compenser des "non-dits". 
L'auteur développe avec des cas pratiques une nouvelle approche de la médecine et du malade qui, dans la grande très grande majorité des cas, est devenu souffrant à cause d'un conflit de séparation, de territoire ou de non-dits. 
Et clairement, la lecture de ce livre nous enseigne infiniment plus sur nous-même en une semaine que ne pourraient le faire des années de psychanalyse. 
Brillant, intelligent et logique. 
Le travail du Dr Thomas-Lamotte illustre parfaitement le "s'en rendre malade" de la langue française. 


 

 https://www.youtube.com/watch?v=DAmoKNkspx4


Si le sujet vous intéresse, voici les deux derniers livres du Dr Pierre-Jean Thomas-Lamotte :

https://www.lejardindeslivres.fr/DATA/interpret-600.jpg

vendredi 12 mai 2017

Comparaison Vaccinés et Non-Vaccinés !

Étude sur les Vaccinés par rapport aux Non Vaccinés, quel groupe est le plus Malade ?





Une nouvelle enquête révolutionnaire sur des centaines d'enfants américains scolarisés à domicile a permis de constater que, comparativement aux enfants non vaccinés, les enfants vaccinés avaient des chances plus élevées de développer les conditions suivantes : maladies chroniques, eczéma, troubles neuro-développementaux, autisme, troubles du déficit de l’attention/hyperactivité, troubles de l’apprentissage, rhinites allergiques.

Cela n’a jamais été fait auparavant.  

Une toute première étude en son genre qui traite d’enfants Américains (scolarisés à domicile) vaccinés par rapport à des enfants non vaccinés montre quel groupe est vraiment malade… les parents devraient réellement s’inquiéter.
Quelque chose ne tourne pas rond chez les enfants Américains. 

Ils sont malades – allergiques, asthmatiques, anxieux, souffrent de problèmes auto-immuns, d’autisme, d’hyperactivité, distraits, souffrent de troubles de l’apprentissage.





Trente-deux millions d’enfants Américains, soit 43% d’entre eux, souffrent d’au moins une des 20 maladies chroniques, en dehors des problèmes d’obésité. 

Des troubles pédiatriques jadis rares comme l’autisme, troubles du déficit de l’attention, diabète de type 1, le syndrome de Tourette. 
Tous ces troubles sont en augmentation, alors que peu d’études regroupent ces données. 
Par rapport à leurs parents, les enfants d’aujourd’hui sont quatre fois plus susceptibles d’avoir une maladie chronique.
Et alors que leurs grands-parents n’auraient, quand ils étaient enfants, jamais avalé une pilule, la génération actuelle d’enfants représente un rêve pour les représentants des ventes pharmaceutiques : plus d’un million d’enfants Américains âgés de moins de cinq ans, prennent un médicament psychiatrique. 

Plus de 8,3 millions d’enfants de moins de 17 ans ont consommé des médicaments psychiatriques et certains mois, un enfant sur quatre reçoit une prescription pour au moins un médicament pour un problème ou l’autre.


http://www.lemendiant.fr/vaccins/images/bickel_santeenfants.jpg


mercredi 26 avril 2017

La vitamine B12, essentielle à toutes les cellules !

La vitamine B12 influence directement le métabolisme des cellules, du cerveau et du système nerveux, de l'ADN et du sang !

Commentaire : Notre époque est à ce point folle que nous en sommes réduit à regagner de haute lutte ce que la nature a toujours su nous donner depuis des temps immémoriaux : une bonne santé, une nourriture saine. 
De nos jours, les sols sont ravagés, pauvres en sels minéraux et saturés de poisons. Les plantes et les animaux sont faibles ; la nourriture est modifiée génétiquement, transformée industriellement. 
Elle ne nourrit plus et nous rend malade, entre une gorgée d'eau contaminée et une bouffée d'air pollué. 
Nous voilà donc contraint, histoire ne pas trop souffrir et mourir inutilement, de nous pencher sur le fonctionnement de notre corps physique ; d'essayer d'en comprendre la physiologie pour prendre conscience que la connaissance aide au maintien d'une bonne santé, à son recouvrement, à son amélioration. 
Ici, il est question de vitamine B12, que nos amis les animaux, encore eux, savent nous fournir en abondance quand ils vivent dans de bonnes conditions. 
De façon générale, concernant les compléments alimentaires, c'est en constatant l'état objectivement catastrophique de notre planète que nous pouvons envisager leur utilisation comme un élément inclus dans un jeu de stratégie de survie, celui qui se joue à l'échelle planétaire, plus que jamais, en 2017. 
Ce qui rend la chose, peut-être, beaucoup plus intéressante et passionnante que d'en faire une corvée, une routine, une obligation. 
 

http://didaquest.org/w/images/thumb/0/06/Molecule_Vitamine-B12.png/330px-Molecule_Vitamine-B12.png

 
 
 
Presque tout le monde sait qu'il est important d'avoir un apport suffisant en vitamines. 
De nouvelles informations se font jour régulièrement, indiquant que certaines vitamines sont plus importantes que ce que l'on pensait jusqu'alors, souvent parce qu'elles sont impliquées dans des fonctions essentielles du corps.
C'est le cas de la vitamine B12 : elle influence directement le métabolisme dans chacune des cellules, dans l'ensemble de votre cerveau et de votre système nerveux, car elle régule et synthétise l'ADN et la façon dont votre sang est fabriqué, mais de nouvelles découvertes suggèrent également qu'elle serait bien plus importante à la vie microbienne que ce que l'on pensait jusqu'à présent. 

Les données, révélées par les chercheurs du Laboratoire National Pacific Northwest, du département américain de l'énergie (DOE) à Richland, Washington, montrent que la vitamine B12, également appelée cobalamine, jouerait en fait un rôle "pivot" dans la croissance et la coordination cellulaire dans les systèmes multicellulaires complexes.
L'étude, publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), a rapporté deux "découvertes inattendues" issues des recherches. 
L'une des publications soulignait que, alors qu'elle n'est produite que par quelques-uns d'entre eux, la B12 est nécessaire à presque tous les organismes et, de ce fait, elle est particulièrement précieuse.

Le chimiste Aaron Wright et son équipe ont étudié un tapis microbien prélevé dans le lac ''Hot Lake'' dans l'état de Washington. 
Le site EurekAlert l'a décrit comme une "communauté" de couches de microbes comportant de nombreux membres "vivant ensemble et échangeant des nutriments tels que du carbone et de l'oxygène dans une eau chaude, salée, dans laquelle prolifèrent de nombreuses algues et autres micro-organismes."


http://vitamineb12.drsuplive.org/files/2014/11/vitamine-B12-methionine.png


Étude de l'influence de la vitamine B12 sur les fonctions essentielles !

vendredi 21 avril 2017

Les maladies reflet de conflits entre le corps et l’esprit !

Le corps parle et s’exprime par des symptômes qui peuvent révéler des conflits entre le corps et l’esprit !

 


 


Le corps parle et s’exprime par des symptômes. 
Les maladies, les douleurs, les blessures, le mal-être… sont le signe que quelque chose de négatif est en train de se passer. 
Très souvent, ces choses négatives que nous révèle notre corps ont un lien avec notre monde émotionnel.

Différentes techniques thérapeutiques abordent ce point de vue. 

Une manière de regarder la réalité qui semblait appartenir à la psychanalyse caduque de Freud et à sa théorie de la répression mais, en réalité, il y a autre chose. 
Les thérapies de troisième génération comme le mindfulness ou le yoga, la médecine de rénovation cellulaire, la biochimie corporelle et cérébrale et la physique quantique sont parvenues, depuis différentes optiques, à lier directement le corps et l’esprit ; leur influence mutuelle est extrêmement puissante.

Les avertissements de notre corps !


Quand nous ressentons une douleur, quand nous nous sentons fatigué-e-s ou quand une maladie surgit, notre corps nous avertit. 
Notre esprit interprète une situation, peut-être liée de manière intime à nos émotions. 
Il est alors temps de s’arrêter et d’analyser ce qui nous arrive, la manière dont nous nous sentons et comment cela nous affecte. 



 

En prenant toujours en compte, en tant que première option, l’usage de la médecine traditionnelle, nous pouvons nous servir du pouvoir de notre esprit pour renforcer les effets de ce traitement médical et des conduites de soin. 
Pour pouvoir explorer le pouvoir que notre esprit renferme, nous devons nous donner du temps, nous autoriser à faire cela et faire preuve de patience.

"Chaque maladie n’est rien d’autre que la manifestation physique d’un mal-être, d’un trouble dû à une condition mentale qui altère l’équilibre du corps." -Dr. Edward Bach- 

 

Le pouvoir des pensées

L’esprit équivaut à tout ce que nous pensons. 
Chaque pensée qui passe par notre tête influe sur notre vie et notre corps ainsi que sur notre réalité. 
Les pensées qui influent le plus sur notre environnement sont celles auxquelles nous prêtons le plus d’attention et que nous nourrissons avec nos mots, nos actions et nos réactions.
Si les pensées jouent sur notre réalité et notre corps, penser positivement pourrait donc aider à apporter des solutions aux problèmes, aux maladies et aux carences. 

Cependant, ceci n’est pas suffisant. 
Ne penser qu’à ce qui est bon pour nous sous-entend émettre des jugements et croire que ce que l’on veut va se réaliser tout seul.
Pour changer cette façon de penser ou d’interpréter ce que nous percevons, il faut aller au-delà des choses, vers le monde profond des émotions. 

Vers le développement de l’intelligence émotionnelle et de notre connaissance personnelle.

Les maladies comme interprétations propres de la réalité !

mercredi 8 mars 2017

Les Ondes Scalaires : Thérapie du Futur ?


Les Ondes Scalaires, la lumière qui nourrit et qui guérit !





Par le Dr vet Hervé Janecek

Introduction

Toutes les traditions nous rappellent que nous sommes constitués de 4 éléments, qui sont les aliments que nous mangeons, symbolisés par l’élément terre, l’eau que nous buvons, l’air que nous respirons et la lumière que nous absorbons, symbolisée par l’élément feu.
Les 3 premiers éléments, terre, eau et air nous sont vitaux à échéance de quelques semaines à quelques minutes, c’est dire leur importance et la nécessité que nous ayons pleine conscience de leur qualité. 

Pourtant le principal élément parmi les 4, est encore la lumière, un élément que nous avons oublié, mais qui heureusement lui, ne nous oublie pas ! Il nous inonde et nous traverse à chaque seconde notre vie, dans un courant abondant et incessant …
Il existe en fait plusieurs types de lumière que nous pouvons ramener à 2 grandes catégories, l’électromagnétisme et les ondes dites scalaires.
Depuis James Clerk Maxwell au XIXè siècle et ses fameuses équations qui inspirèrent les plus grands physiciens (Hertz, Tesla, Einstein, Planck, etc …), on sait que la lumière, l’électricité ou le magnétisme sont des phénomènes de même nature !



Mais malheureusement, les équations originales du génial Maxwell furent tronquées et seule la lumière électromagnétique fut mise en avant et étudiée, en particulier par Hertz.
Dès lors, on confondit la lumière et l’électromagnétisme, c’est-à-dire les ondes du spectre solaire visible, les ondes radio, les micro-ondes, … qui purent être mises en évidence et mesurées.



Pourtant, dès la fin du XIXè siècle un ingénieur physicien et expérimentateur surdoué, dénommé Nikola Tesla, avait mis en évidence un autre type de rayonnement ; les mathématiciens et physiciens de son temps, Steinmetz en Allemagne et Kelvin en Écosse perçurent tout de suite que l’on avait à faire à un autre type de lumière : ces ondes originales devaient se déplacer en vortex alors que les ondes électro-magnétiques évoluaient selon une double sinusoïde. Là se trouvait une première différence.
Plus tard, reprenant minutieusement les travaux de Tesla, un Professeur allemand de physique, le Pr Dr ing. Konstantin Meyl, dénomma ces ondes "ondes scalaires".
 


Définition des ondes scalaires





Le Professeur Meyl a expliqué et miniaturisé les technologies d’émission et de capture des ondes scalaires inventées autrefois par Nikola tesla ; il a pu en proposer également les bases physiques et mathématiques en complétant les équations de Maxwell pour y inclure aussi la réalité du rayonnement scalaire.
Ces ondes scalaires sont émises par une antenne de forme adaptée (sphérique ou hélicoïdale) et elles sont reçues par une autre antenne – identique à la première - et reliée à elle : les 2 antennes forment alors un couple émetteur/récepteur, comme un "condensateur ouvert" selon la description du Pr Meyl. (Voir figure ci-dessous).